L’Hadopi présente son bilan avec des querelles internes

1361
0
Share:

L’autorité a apprécié les progrès enregistrés dans le cadre de son activité. Cependant, elle fait face à un problème avec la justice suite au licenciement de son ancien secrétaire général Éric Walter, que la justice a suspendu.

03275672-photo-le-logo-de-lhadopiL’Hadopi continue a foncé malgré les problèmes qui minent ses activités. L’autorité de lutte contre le piratage a rendu son cinquième rapport annuel ce mercredi 25 novembre. «C’est en fait le premier à ne pas allumer ou éteindre une polémique», précise dans son mot d’ouverture la présidente Marie-Françoise Marais, qui quittera ses fonctions bientôt, étant donné que son mandat prend fin cette année.

Avec le rapport du sénateur Jacques Mézard, rendu public en fin octobre, qui recommande que l’institution soit supprimée. L’étude a prouvé que l’action de l’Hadopi est plus profitable au cinéma américain qu’au cinéma français. On n’oublie pas la demande de Xavier Bertrand qui suggère que l’autorité organisme serve à lutter contre le djihadisme en ligne, et surtout, la trouble juridique pendant lequel Eric Walter, le secrétaire général, a été limogé, rétabli par le tribunal administratif puis instantanément suspendu de ses fonctions.
Pendant la conférence de presse qui a eu lieu ce mercredi, il n’a pas été évoqué le nom d’Eric Walter, viré en l’espace d’une semaine après avoir exercé pendant cinq ans. Cela est justifié par le fait qu’il soit persona non grata à l’Hadopi.

Incompétence notoire

En fait, celui-ci avait été viré en juillet pour «insuffisance professionnelle», et a obtenu gain de cause au tribunal administratif, qui a suspendu la décision lui permettant d’être réintégré au sein de l’institution. Mais la semaine passée, il a été suspendu, alors qu’il n’était pas encore reprendre ses fonctions à la rue de Texel. «Cela fait quatre mois que je suis plongé dans cette épreuve et j’en suis terriblement meurtri», indique ce dernier au Figaro.

Share:
Cedric