La croissance de l’industrie européenne connait un ralentissement

1540
0
Share:

En Europe, le secteur de la manufacture enregistre un ralentissement en janvier à cause du manque impressionnant des hausses des prises de commandes, alors que les prix taxés par les entreprises baissent considérablement.

Les résultats définitifs de l’enquête chez des directeurs d’achats effectuée par le cabinet Markit crée la déception pour la Banque centrale européenne (BCE), qui n’a pas modifié sa politique monétaire le mois passé tout en acceptant une nouvelle modération.

L’indice Markit PMI définitif du secteur manufacturier s’est fixé à 52,3, niveau assuré comparer à l’estimation « rapide » dévoilée il y a une dizaine de jours, alors qu’en décembre, il s’était fixé à 53,2. Ce chiffre chiffre et l’illustration d’un sommet de 20 mois.

Aucune évolution pour le secteur industriel allemand en janvier 2016

« Le secteur industriel de la zone euro n’a pas vraiment bougé au début de l’année. Un ralentissement a été enregistré au niveau de la croissance des carnets de commandes, des exportations et de la production ti », a lancé Chris Williamson, économiste chez Markit.

« Si ce ralentissement de l’activité n’était pas suffisante pour inquiéter les responsables de la politique monétaire, les prix fixés par les producteurs ont enregistré leur baisse la plus notoire en un an, ce qui est suffisant pour susciter les craintes de voir la déflation prendre place. »
La composante qui mesure les prix à la production s’est fixée à 48,3, atteignant son niveau le plus bas depuis janvier 2015, alors que le mois passé, il était de 49,8.

L’industrie allemande commence faiblement l’année 2016

La croissance du secteur manufacturier en Allemagne a enregistré un recul en janvier pour atteignant son niveau le plus bas depuis trois mois. La détérioration de la demande étrangère pèse alourdi les dernières commandes d’après les résultats définitifs de l’enquête Markit.

L’indice PMI manufacturier a baissé à 52,3 après 53,2 en décembre. Son résultat dépassé sensiblement la première estimation, qui le fixait à 52,1 et reste dépassant le seuil de 50 divisant contraction et expansion.
« C’est un début d’année sans surprise pour les industriels allemands », juge Oliver Kolodseike, économiste chez Markit. « Les indicateurs présentés indique que la croissance de la production devrait se maintenir au cours des mois à venir mais à une cadence qui ne permettra pas de devenir plus forte. »

a

Share:
Tom